Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
Elements de connaissance > Données >
   
 
 

L’eau est un élément essentiel de la vie quotidienne pour des usages domestiques, agricoles, industriels et ludiques et c’est depuis l’antiquité que les hommes se sont intéressés aux débits des cours d’eau. Il y a 40 siècles, les égyptiens suivaient déjà les crues du Nil, vitales pour la région.

En France, les réseaux de mesures existent depuis le 19ème siècle, comme dans le bassin de la Seine où une première annonce des crues est organisée dès 1854, mais c’est la loi de 1919 sur l’énergie hydroélectrique, qui implique de connaître des débits et les régimes des cours d’eau, qui marque un premier essor des réseaux. Ce sont alors les Services des Grandes Forces Hydrauliques, de la région des Alpes mais aussi du Sud-Ouest et des Pyrénées, qui ont mission de "réunir et faire connaître les éléments variables qui constituent ces forces et les emplois dont elles sont susceptibles". Plus récemment, la loi de 1964 sur la répartition des ressources en eau et la lutte contre leurs pollutions se traduit par une densification des points de mesures, dont la gestion est confiée à la fin des années 60 aux Services Régionaux d’Aménagement des Eaux nouvellement créés.

Les données, collectées au quotidien, sont centralisées dans la banque nationale de données hydrométriques HYDRO, du Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, qui regroupe les résultats acquis par les différents gestionnaires de réseaux de mesures, DIRENs, EDF-DTG, .... Pour la région Rhône-Alpes, ce sont ainsi près de 400 points de mesures qui sont répertoriés, dont la moitié sont actuellement en service.

C’est ce qui permet aujourd’hui de dresser une rétrospective des faits hydrologiques, ordinaires ou non, de ces 30 dernières années. L’objectif n’est pas d’étudier en détail tel ou tel épisode particulier de crues ou d’étiage, mais de montrer la diversité des régimes hydrologiques dans l’espace et au fil du temps, et de fournir au lecteur des points de repères sur les principaux faits marquants. Les informations présentées reposent sur l’analyse statistique des chroniques de débits de la banque HYDRO, synthétisées sous forme d’une collection de 3 cartes annuelles commentées sur la période 1970-2000 et illustrant les volumes d’écoulement (l’hydraulicité), les étiages, et les crues.

Parmi les faits à retenir sur la période 1970-2000, on gardera en mémoire les 3 saisons consécutives de sécheresse de l’automne 1988 à l’été 1991, où pendant de longs mois les débits se sont maintenus très en dessous des normales saisonnières, ou encore l’étiage du printemps 1976, remarquable par sa précocité et son intensité, ou celui de 1985 qui perdure jusqu’au début de l’hiver, et à l’inverse quelques saisons humides, de l’automne 1976 à l’été 1978, le printemps 1983, l’automne-hiver 1993-1994, et enfin l’été 1977 où les débits enregistrés au mois d’août dépassent ceux d’un mois de Janvier ordinaire.

Et puis il y a les épisodes de crues, dont certains ont été dévastateurs. Il est plus difficile d’en faire une synthèse, ces phénomènes étant par nature moins homogènes et souvent restreints à un secteur géographique. Si certains épisodes comme celui du 22 septembre 1992 localisé au Sud de la région dans les départements de l’Ardèche et de la Drôme -Vaison la Romaine-, et celui du 14 juillet 1987 dans les Alpes -le grand Bornand- restent dans toutes les mémoires, d’autres dates méritent également d’être citées : Par ordre chronologique, on pourra retenir mars et avril 1971 dans le Sud-Drôme, novembre 1976 dans les Cévennes, juillet 1977 dans le Forez, juillet 1980 dans le Chablais et le Genevois, septembre 1980 dans les Cévennes, janvier 1981 dans le Forez, novembre 1982 dans les cévennes, mai 1983 dans les départements de la Loire, du Rhône et de l’Ain, mai 1985 dans la Dombes et la Bresse, avril 1989 dans les monts du Lyonnais et du Beaujolais, février 1990 dans le Jura, la Chartreuse et les monts du Forez, décembre 1991 dans la Dombes, la Bresse et la Chartreuse, octobre 1993 dans la vallée du Rhône au Sud de Lyon, janvier 1994 dans le Diois et les Baronnies, avril 1995 dans la Drôme, juillet 1996 dans le Vercors et la Chartreuse, novembre 1996 dans les monts du Lyonnais et du Beaujolais, décembre 1997 en Haute-Savoie, février 1999 dans la vallée de l’Ain et enfin octobre 1999 dans la vallée du Rhône et le Dauphiné.

Télécharger la rétrospective complète :

PDF - 1.1 Mo
Retrospective 1970-2000
 
 
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer