Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
Eléments de connaissance > Données > Zones humides - 600 actions
   
 
  Marais
 

Droséra
Zones humides de bas fonds en tête de bassin

"Zones humides de tête de bassin ou de pente, alimentées par les eaux de ruissellement et les eaux de pluies " (définition du SDAGE).

Les sous-types présents dans le bassin RMC sont les tourbières hautes et basses, les milieux fontinaux, les prairies humides, les prairies tourbeuses, les pozzines corses, les aulnaies, les saulaies, les phragmitaies, les cariçaies... La formation de la tourbe (roche organique) résulte de l’accumulation de débris végétaux très peu décomposés dans un milieu saturé en eau.


Marais du Bourget

Marais de Vaux

Tourbières
Marais et landes humides de plaines et plateaux

Milieux humides déconnectés des cours d’eau et plans d’eau, pouvant être temporairement exondés, plus ou moins connectés à la nappe. Leur faible profondeur empêche la stratification verticale de la couche d’eau.


Etangs de Suze la Rousse
Les marais se situent dans des dépressions intermédiaires entre le haut bassin versant et la vallée et sont alimentés en eau de la même façon que les tourbières de bas-marais (ou tourbières basses). Parfois l’exutoire peut n’apparaître que lorsque la capacité de rétention du milieu est dépassée. D’autres fois, l’écoulement peut être souterrain.

Plusieurs sous-types sont présents sur le bassin :

  • plateaux imperméables
  • zones de sources
  • tourbières hautes et basses : l’alimentation en eau se fait en majorité par les eaux de ruissellement, par les eaux souterraines ainsi que par les précipitations
  • marais.
  • Les landes humides sont des milieux où la nappe est sub-affleurante pendant tout l’hiver. Du fait de leur éloignement de la vallée, l’écoulement est difficile et il y a une submersion totale avec un faible surcroît en précipitation. Ce dernier type est très rare dans le bassin RMC.

     
     
    © Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer