Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
Risques naturels > Atlas des Zones Inondables

   

   

   

   

   

   

   
 
Les atlas des zones inondables en Rhône-Alpes
 
Définitions et références

   


Alea et risque
 
Pour l’inondation, l’aléa est défini par la hauteur de submersion, la vitesse d’écoulement des eaux, la chronologie de l’événement (vitesse de montée des eaux, durée de submersion).
Ces paramètres dépendent du contexte climatique (l’importance et l’intensité des pluies) et physique (la taille des bassins versants, l’imperméabilisation des sols, la pente du cours d’eau, la configuration du lit mineur et du lit majeur…).
 
Le risque est à la rencontre de l’aléa et de la vulnérabilité ;
l’aléa, c’est le phénomène physique caractérisé par son intensité, son étendue, sa fréquence, sa durée… ;
la vulnérabilité, ce sont les personnes, les biens et les activités susceptibles de subir des dommages lorsque survient l’aléa.

« La définition que je donne au risque majeur, c’est la menace sur l’homme et son environnement direct, sur ses installations, la menace dont la gravité est telle que la société se trouve absolument dépassée par l’immensité du désastre » (Haroun Tazieff)


La crue de référence
 
L’aléa est un phénomène naturel d’occurrence et d’intensité donnée ; dans le cadre de l’élaboration d’un Plan de Prévention des Risques Inondations, il correspond à la crue dite de référence, c’est à dire la plus forte crue connue ou à défaut la crue centennale si celle-ci lui est supérieure, qui peut être caractérisée par un ou plusieurs critères :
- la hauteur de submersion,
- la vitesse d’écoulement,
- la durée de submersion.
Haut de la page
 
 
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer