Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
Patrimoine naturel > L'inventaire ZNIEFF rénové

   

   

   

   

   

   

   
 
Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique
L'inventaire ZNIEFF rénové en Rhône-Alpes
 
Mise en oeuvre de la modernisation régionale

Les objectifs de la modernisation de l'inventaire

Engagée en Rhône-Alpes dès 1997, nécessitée par une demande croissante d'informations fiables ayant trait à la connaissance de la biodiversité régionale (notamment dans le domaine de l'aménagement et la planification de l'espace, ainsi que de la protection des espaces naturels), elle répond à plusieurs besoins :
  • L'impératif d'une mise à jour et d'un approfondissement des connaissances basée sur une méthodologie plus fine, prenant en compte la présence d'espèces mais aussi de types d'habitats naturels "déterminants" précisément identifiés ;
  • une meilleure précision du contenu des fiches descriptives, un argumentaire justifiant clairement les zonages proposés ;
  • la mise en cohérence avec d'autres protocoles d'inventaire (Réseau Natura 2000...), comportant l'utilisation de référentiels communs (typologie "CORINE-BIOTOPE"…) ;
  • la prise en compte du progrès technique en matière informatique et cartographique ;
  • la nécessité d'une transparence optimale dans la communication des informations, en particulier au niveau des listes d'espèces ou habitats représentés.
Haut de la page
Acteurs, organisation et validation

De nombreux acteurs régionaux ont participé au travail de modernisation, assurant chacun des missions clairement définies :
  • L’Etat étant responsable de l’inventaire, la coordination en est assurée par la DIREN sous la tutelle du Préfet de Région, avec l’appui des Directions départementales de l'agriculture et de la forêt (DDAF) ; la DIREN est notamment garante du respect de la méthodologie mise au point au niveau national ;
  • Les données de base ont été collectées par un réseau régional d’une centaine de partenaires compétents dans le domaine naturaliste (voir la liste des partenaires), liés par convention avec le Conservatoire Rhône-Alpes des Espaces Naturels (CREN); il s’agit d’associations de protection de la nature, d’universités, de conservatoires, de parcs nationaux ou régionaux, d’établissements publics (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, Conseil Supérieur de la Pêche…), mais aussi de collectivités territoriales ou de fédérations de chasse et de pêche ;
  • Le CREN a assuré, sur la base d’une convention-cadre souscrite avec la DIREN, la mise en œuvre du travail, et en particulier la coordination technique de la collecte des données et la synthèse des résultats ; il a en outre développé un outil informatique de saisie performant permettant une liaison aisée avec un Système d’Information Géographique (SIG) ;
  • Le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel(CSRPN) est intervenu tout au long de la procédure en matière d’expertise et de validation scientifique. En particulier, il a décliné au niveau régional le cadre méthodologique mis au point par le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) en élaborant les listes régionales d’espèces ou de milieux «déterminants» fonadnt la délimitation des ZNIEFF sur chacune des trois régions biogéographiques (continentale, alpine et méditerranéenne) intéressant la région. .Il a été saisi des difficultés méthodologiques rencontrées en cours de procédure, puis a examiné et validé les propositions au niveau régional.
  • Le MNHN procède enfin à la validation définitive des données régionales transmises, et les intègre à l'inventaire national.
Haut de la page
Calendrier

Le chantier de la modernisation régionale de l'inventaire a été préparé dès 1997. En 1998, le lancement de la procédure a été précédé d'une lettre d'information adressée à tous les maires par les Préfets concernés, accompagnée d'une plaquette informative.

Au niveau départemental, le travail de collecte des données et d'élaboration des propositions de zonage a débuté en 1999 pour l'Ardèche, la Drôme, l'Isère et la Haute-Savoie, en 2000 pour l'Ain, la Loire, le Rhône et la Savoie. Il s'est achevé fin 2002 par les propositions de délimitation des ZNIEFF de type II. L'essentiel des données naturalistes collectées l'a donc été avant 2002. De nombreuses améliorations ont été apportées à ces propositions jusqu'à leur validation définitive par le CSRPN, opérée en plusieurs étapes entre 2005 et 2006 à l'issue d'une longue phase d'information.

Cette dernière, à destination dans un premier temps des collectivités locales et administrations, puis au grand public, a été mise en œuvre en plusieurs étapes successives en 2004 et 2005 :
  • envoi de dossiers individualisés à chacune des communes concernées,
  • envoi de synthèses départementales aux collectivités et administrations régionales et départementales, ainsi qu'à de nombreuses structures intercommunales,
  • transmission de l'ensemble des propositions aux membres du CSRPN ;
  • envoi simultané à l'ensemble des partenaires naturalistes ayant contribué à l'inventaire ;
  • mise en ligne des propositions de zonage sur le site Internet de la DIREN.
Cette phase d'information a donné lieu, de la part des collectivités ou administrations ainsi que des naturalistes, à des demandes de correction argumentées justifiant une expertise complémentaire dont la coordination a été confiée au CREN, chargé du secrétariat technique de l'inventaire.

Le CSRPN a statué définitivement sur les propositions le 7 juillet 2005 (en ce qui concerne l'Ain, le Rhône, la Loire et l'Ardèche), puis enfin les 15 février et 23 novembre 2006 (autres départements et divers cas soumis à arbitrage), validant les périmètres et champs descriptifs de l'ensemble des zones régionales. Enfin, l'inventaire régional modernisé a été transmis au MNHN à la mi-2007, pour validation nationale.
Haut de la page
Bilan de la modernisation en Rhône-Alpes

Par rapport au premier tour d'inventaire, la superficie concernée est en légère augmentation en ce qui concerne les ZNIEFF de type I (qui passent ainsi de 16 à 18 %;
  • l'augmentation est un peu plus marquée pour les zonages de type II (passage de 49 à 53 %). On compte 2385 ZNIEFF de type I, et 176 de type II.
  • 80 % des communes de la région sont territorialement concernées par des ZNIEFF de type I contre 70 % dans l'inventaire initial ; de la même façon, 75 % des communes sont concernées par des zonages de type II contre 65 % dans la version initiale.
Ces chiffres traduisent :
  • Une délimitation des ZNIEFF de type I beaucoup plus précise que dans la version initiale, qui conduit fréquemment à leur fragmentation mais également à la multiplication du nombre de sites inventoriés,
  • La proportion élevée de secteurs identifiés en type II, indice d'une biodiversité encore importante et d'une meilleure prise en compte de l'intérêt fonctionnel élevé de vastes espaces naturels régionaux (écosystèmes fluviaux, ensembles de zones humides, massifs montagneux peu perturbés…).
Ceci n'est pas surprenant quand on connaît l'extrême diversité paysagère, topographique, géologique et climatique de la région, qui plus est située à la croisée de trois des quatre grandes régions biogéographiques intéressant le territoire métropolitain.

En témoigne la très grande variété des espèces et habitats naturels identifiés comme " déterminants " en Rhône-Alpes.
Un type d'habitat naturel déterminant, rare en France : la steppe à Stipe pennée, ici dans une ZNIEFF de type I de la Plaine de l'Ain ; Photo DIREN RA
Haut de la page
 
 
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer