Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
Patrimoine naturel > L'inventaire ZNIEFF rénové

   

   

   

   

   

   

   
 
Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique
L'inventaire ZNIEFF rénové en Rhône-Alpes
 
Définition de l'Inventaire
La mise en œuvre d'inventaires thématiques tels que celui des zones humides contribue considérablement à l'enrichissement progressif de l'inventaire ZNIEFF (une zone humide du Bugey : le Lac d'Ambléon, Ain)Photo Olivier Cizel
Selon les définitions d’origine (SFF, 1982 ; MAURIN & RICHARD, 1990), une Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) est “ un secteur du territoire national pour lequel les experts scientifiques ont identifié des éléments remarquables du patrimoine naturel ”.

Lancé en 1982, l’inventaire des ZNIEFF a ainsi pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation. L’inventaire ZNIEFF concerne progressivement l’ensemble du territoire français (Métropole, Outre-Mer, milieu terrestre et marin).

Cet inventaire, traitant de l'ensemble du domaine du vivant, constitue aujourd'hui l'un des éléments majeurs de la politique de protection de la nature, et la clef de voûte de l'INVENTAIRE NATIONAL DU PATRIMOINE NATUREL (INPN), prévu par l'art. L411-5 du Code de l'Environnement.

D'autres travaux d'inventaires thématiques contribuent par ailleurs à l'enrichissement de la connaissance dans le domaine naturalistes : inventaires des zones humides (renseignements auprès de l'agence de l'eau et des Missions Inter services de l'Eau dans les départements(DDAF)), inventaire du patrimoine géologique (en cours de lancement en Rhône-Alpes)…

La collecte de l’information est réalisée au niveau régional selon une méthodologie commune et définie conjointement par le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) et le Ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables, afin de garantir au mieux la cohérence des informations en provenance des différentes régions. Après validation régionale par le Conseil Scientifique Régional de Protection de la Nature (CSRPN), les données sont transmises au MNHN pour validation nationale.

Les DIREN sont maîtres d'œuvre de l'inventaire ; elles s'appuient sur un Secrétariat scientifique qui peut être délocalisé (ce rôle a été confié en Rhône-Alpes au Conservatoire Régional des Espaces Naturels) et sur le CSRPN(conseil scientifique régional du patrimoine naturel). Les observations sont transmises par l'ensemble du réseau naturaliste. Le Ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement Durable est commanditaire, coordonne les DIREN et le MNHN dans ce sens et apporte un soutien financier pour le fonctionnement de ce programme. Le MNHN assure quant à lui la coordination méthodologique et la validation scientifique de l'inventaire.

La démarche menée en Rhône-Alpes d'inscrit dans la volonté de modernisation nationale (visant la mise à jour et l'harmonisation de la méthode de réalisation de l'inventaire) lancée en 1996 par le ministère chargé de l'environnement afin d'améliorer l'état des connaissances, d'homogénéiser les critères d'identification des ZNIEFF et de faciliter la diffusion de leur contenu.

En Rhône-Alpes, la version initiale de l'inventaire régional fut menée à bien de 1984 à 1991 dans le cadre du contrat de plan Etat / Région, la cheville ouvrière de ces travaux étant le Secrétariat Régional du Patrimoine Naturel (précurseur de l'actuel Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel). Universitaires et associations de protection de la nature furent dès cette époque fortement impliqués dans le travail d'identification et de délimitation des zones.

L'inventaire est désormais disponible dans sa version modernisée…
L'Anthyllide des montagnes, une espèces peu représentée et " déterminante " dans la zone continentale ; ici dans une ZNIEFF de type I (Montagne du Vuache, Haute-Savoie) Photo DIREN RA
 
 
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer