Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
   
PRECEDENT
 
IMPRESSION

Les sept familles de paysages de la région Rhône-Alpes révèlent deux enjeux majeurs de la région : une grande diversité paysagère et une très forte dynamique de transformation.

> Que sont les sept familles de paysages ?
> À quoi servent les sept familles de paysages ?
> Comment utiliser les sept familles de paysages ?
> Quelles sont les limites d’utilisation ?

Que sont les sept familles de paysages ?

Un autre regard sur les paysages
Une famille de paysage peut se définir comme l’impression qui reste, le souvenir, l’image du territoire, tel qu’il est perçu en se baladant. Cette approche plus sociologique que géographique témoigne des représentations que la collectivité se fait de son paysage proche. La notion de famille traduit une dominante : la majeure partie du territoire de l’unité paysagère s’apparente, dans sa définition, sa représentation collective et son évolution, aux traits de la famille. Mais un paysage est nécessairement composite.

Une vision des tendances d’évolution
Les notions de paysages « naturels », « naturels de loisirs », « agraires », « ruraux patrimoniaux », « émergents », « marqués par de grands aménagements », « urbains » et « périurbains » donnent une image des lieux tout en apportant une idée de leur tendance d’évolution..

Un référentiel homogène
Comme l’intégralité de la région est couverte, les sept familles constituent un référentiel homogène en matière de paysage à l'échelle des huit départements. Les familles ne stigmatisent pas un paysage, mais identifient des motifs d’intérêt en apportant un critère d’appréciation, sans classification, ni hiérarchie. Et là est l’enjeu : reconnaître tout le territoire de la région comme paysage et non plus seulement les sites remarquables.

  • => Un paysage agraire ?
    « Agraire » ne signifie pas qu’il n’y a que des champs cultivés à perte de vue, mais que l’impression qui domine est agraire. Des milieux naturels, des entités urbaines, des espaces mixtes sont également présents. La ruralité est le motif d’intérêt de ce territoire. Cette singularité devient le point de départ d’une réflexion territoriale qui permet de nourrir le projet : enjeu de préservation des terres les plus fertiles, de valorisation des produits, de liens entre les différentes activités…
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer