Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
   
PRECEDENT
 
IMPRESSION

154-S-HS

Département

Communes de l'unité

Famille de paysage

Surface (ha)

Carte IGN

Emprise territoriale

Parcours photographique

Bassin du Châtelard

Impression générale

Le massif des Bauges est difficile d'accès. D'ailleurs, à moins qu'il ne soit notre destination, on tourne plutôt autour sans quasiment quitter l'autoroute : bassin d'Annecy, d'Aix-Chambéry, Combe de Savoie. Ce vaste plateau perché est ceint de toutes parts ou presque de falaises et de versants très raides (1). On y pénètre par des cols ou des gorges dont seuls ceux de Leschaux et de Plainpalais permettent un accès en douceur.

L'arrivée par le col du Frêne, brusque ascension par la combe de Savoie au sud (2), nous amène à une vallée rectiligne qui vise le mont Trelod. La vue est alors saisissante (3). On s’apercevra plus tard que le sud du massif est structuré par une série de vallées parallèles dominées par le mont Colombier. La vallée à fond plat qui mène à École est occupée par de grands pâturages. Avec la forêt qui couvre les versants et les sommets rocheux, les pâturages sont l'une des trois composantes du paysage Bauju. Les bourgs sont très préservés (4). Les vastes toits des maisons de pierres y sont accolés comme autant d'écailles d'une carapace (5). Les séries de granges, détachées des villages, caractérisent particulièrement les prairies (6, 7).

Au nord, la série de vallées est plus hétérogène. Leurs largeurs varient beaucoup de l'une à l'autre. Mais leur paysage est sensiblement le même. On accède par exemple au col de Leschaux par un vaste replat (8) alors qu'entre les rocs du mont Chabert et du mont Julioz, aucun hameau ne s'est installé.

Chacune des petites vallées orienté nord-sud est un monde en soi car elles communiquent peu entres elles. Cependant l'on est toujours ramené au bassin du Chéran, qui traverse de part en part le massif (9). Prenant sa source dans le vallon de Bellevaux, dominé par les plus hauts sommets du massif, la pointe d'Arcalod et le mont Pécloz (10), le Chéran (11) finit par entailler le Semnoz, créant des gorges (12) qui débouchent sur l'Albanais Haut-Savoyard.

Pour enrichir l’observatoire, envoyez votre commentaire sur cette unité paysagère.

Unité précédente - 154-S-HS - Unité suivante
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer