Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
   
PRECEDENT
 
IMPRESSION

171-S

Département

Communes de l'unité

Famille de paysage

Surface (ha)

Carte IGN

Emprise territoriale

Parcours photographique

Vallée de la Haute-Maurienne

Impression générale

Depuis la RD 1006 à la sortie de Modane jusqu’au col de l’Iseran, la vallée de la Haute-Maurienne se découvre progressivement.

Elle se compose de trois ambiances distinctes.

De Modane à Termignon, on pénètre le premier seuil de la haute vallée de l’Arc à une altitude de 1200 à 1300 mètres. La route étroite longe les gorges de l’Arc et traverse des boisements de pins cembro et pins à crochets (1). Soudain, au détour d’un virage, on découvre les forts de l’Esseillon (2) : le fort Victor Emmanuel et le fort Marie-Christine dressés sur une muraille naturelle. Le fond de vallée s’ouvre ensuite progressivement (3) et laisse apparaître successivement les villages de Bramans, Solières (4) et Termignon qui se tiennent à proximité de l’Arc. Sur les terrains plats de fond de vallée, la dynamique agricole encore présente contraste avec les lignes de crêtes d’arrière plan.

Après Termignon, la route qui monte se resserre puis s’ouvre à nouveau, pour laisser découvrir le second seuil de la haute vallée de l’Arc. L’adret, très raide, s’élève sur plus de 2000 mètres de dénivelé jusqu’à la ligne de crête du Grand Roc Noir (3582 mètres). Le fond de vallée, qui présente de nombreux replats, est favorable à des espaces agricoles très entretenus (5). Les pieds de versants, bien exposés, sont marqués par les traces de l’ancien parcellaire (6) “en lanières” des prairies de fauches très pentues ou de cultures en terrasses. Les stations-villages de Lanslebourg et Lanslevillard, dominées par la Dent Parraché (7) et jadis resserrées au bord de l’Arc, ont connu une forte urbanisation touristique. En rive gauche, les versants forestiers de l’ubac (8) sont occupés par le domaine skiable de Val Cenis.

Après Lanslevillard, on franchit le col de la Madeleine vers 1700 mètres d’altitude et on découvre enfin le troisième et dernier seuil de la vallée qui s’élargit en un vaste plateau agricole (9) dominé par les cirques glaciaires des sources de l’Arc et des Évettes et par la pointe de Charbonnel. L’adret, raide et rocheux, fait face aux étroites vallées latérales sauvages du Ribon et d’Avérole (10) du versant opposé. En continuant sur la RD 1006, on traverse d’abord le village de Bessans qui s’est installé au cœur de cette large vallée, puis on arrive à l’ancien village de Bonneval-sur-Arc (11). Si l’on continue rive droite, on accède au col de l’Iseran (12) (2764 mètres) et à la Tarentaise. Rive gauche on accède aux glaciers des Evettes en passant par le hameau classé de l’Écot (13), puis à l’Italie.

Pour enrichir l’observatoire, envoyez votre commentaire sur cette unité paysagère.

Unité précédente - 171-S - Unité suivante
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer