Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
   
PRECEDENT
 
IMPRESSION

265-D

Département

Communes de l'unité

Famille de paysage

Surface (ha)

Carte IGN

Emprise territoriale

Parcours photographique

Plaine des Adrans

Impression générale

Le paysage de la plaine des Andrans est circulaire : entouré de collines boisées, il s’organise autour d’un réseau en étoile de villages perchés offrant des points de vue sur la plaine, les collines puis les montagnes environnantes (Saou, Roche-Colombe, pré-Alpes…). À la croisée des six routes menant à ces villages, Cléon d’Andran (qui tire son nom des petits bois de chênes rouvres qui parsèment la plaine), se dessine en figure centrale de ce réseau. Le village a poussé en cercles concentriques (le second était jadis un canal) autour de l'église, dont le clocher pointu forme un point de repère immanquable.

Protégée à l’ouest de l’urbanisation montilienne par l’autoroute A7, la plaine ne subit que peu de pression résidentielle, d’autant qu’aucun échangeur autoroutier ne dessert le secteur (entre Valence Sud et Montélimar Nord). Non concurrencée par le bâti, l’agriculture y est dynamique et diversifiée. Les sols sont irrigués par un réseau de canaux et par le Roubion, dont le régime torrentiel nourrit abondamment la terre de ses alluvions. Cachée par une ripisylve fournie, la rivière traverse la plaine d’Est en Ouest et forme une gorge à son orient, après Pont de Barret où le tourisme est plus prégnant.

Lavandin, tournesol, colza, tomates, vigne, ail, maïs, blé ou arbres fruitiers… constituent le terroir de la plaine des Andrans. De nombreux chemins ruraux mènent à de solides fermes isolées souvent agrémentées de génoises (rangées de tuiles creuses superposées remplies de mortier faisant partie du toit et en débord des murs), typiques de la Drôme provençale.

Pour enrichir l’observatoire, envoyez votre commentaire sur cette unité paysagère.

Unité précédente - 265-D - Unité suivante
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer