Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
   
PRECEDENT
 
IMPRESSION

277-Ar

Département

Communes de l'unité

Famille de paysage

Surface (ha)

Carte IGN

Emprise territoriale

Parcours photographique

Agglomération d'Annonay

Impression générale

On arrive dans l’agglomération d’Annonay en quittant l'attractive vallée du Rhône et en se dirigeant vers l’Ardèche plus à l’Ouest. Ici l’arrière pays commence. Annonay s’étend sur un relief compliqué, composé de 7 collines et du massif du Pilat au nord-ouest. Le paysage y est vallonné, peuplé de forêts de pins et de maisons éparses. Annonay est une ville qui semble échapper à l’attraction de la vallée du Rhône. Pourtant, la ville n’est qu’à 20 minutes en voiture de la vallée, mais seule une route, la D820, permet de faire la liaison. Une ancienne voie de chemin de fer désaffectée depuis bien des années est à l’image de cette ville oubliée, loin des pôles attractifs. Quel dommage que le train ne soit plus là pour nous emmener à la découverte de cette Ardèche si verte et de cette ville qui ne manque pas d’attrait si l’on veut bien si attarder.

Ville historique, elle a vue s’élever en 1782 les premières montgolfières inventées par les frères Montgolfier et fut aussi le lieu de nombreuses autres inventions (papier calque, papier vélin, papier filtre...). On sent transpirer ce passé qui fût riche, au travers du bâti de la ville (patrimoine religieux, belles villas et domaines en périphérie...). La ville est à la verticale. Le bâti est fin et étriqué. Possédant souvent plus de 10 étages, les vieilles bâtisses s’élèvent à la recherche de la lumière.

Cependant, la ville semble s’être endormie depuis l’après guerre, comme si un voile de poussière l’avait recouverte. De nombreuses rues et maisons sont sombres et insalubres. Les commerces du centre ville ferment les uns après les autres. La ville ancienne, située à la rencontre de deux vallées où coulent la Cance et la Deûme, est désertée au profit de ses périphéries envahies par l’habitat pavillonnaire. C’est donc un paysage à l’horizontale qui se développe en quittant le centre historique d’Annonay, où les projets de lotissements et les constructions de maisons individuelles sont en nombre croissant et presque inquiétant.

C’est un peu comme si la vie du centre ville avait quitté la forme urbaine ancienne du cœur historique pour s’étaler en périphérie et se reconstruire sur d’anciennes parcelles agricoles jusqu’au pied du Massif du Pilat. Cette nouvelle couronne urbaine est un phénomène très marqué sur ce territoire et date de plus de 30 ans.

L’identité d’Annonay s’est construite avec son industrie de mégisserie, de tannerie et de papeterie, autrefois florissante et ayant fait prospérer la ville. Aujourd’hui, les fonds des deux vallées de la Deûme et la Cance sont encadrés par une multitude d’usines désaffectées qui rendent l’atmosphère étrange, comme si le temps s’était arrêté.

Pour enrichir l’observatoire, envoyez votre commentaire sur cette unité paysagère.

Unité précédente - 277-Ar - Unité suivante
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer