Site du ministère
F.A.Q.  |  Recherche :
   
PRECEDENT
 
IMPRESSION

045-R-L

Département

Communes de l'unité

Famille de paysage

Surface (ha)

Carte IGN

Emprise territoriale

Parcours photographique

Monts du Tararais forestier

Impression générale

L’extrémité sud des Monts du Beaujolais ne bénéficie pas de la flatteuse réputation de ses voisins. Le Tararais forestier - presque une marque de fabrique - offre des ambiances répétitives alternant monts boisés et vallons agricoles. La sylviculture et l’élevage y occupent une place prépondérante.

A côté de l’alternance dominante du vert sombre des bois et du vert tendre des prairies, les silhouettes élancées des pins ou leurs fûts blancs issus des coupes récentes, amènent un minimum de diversité et de variété. Une certaine rudesse se dégage des Monts du Tararais, à l’image des hivers que l’on pressent rigoureux.

La forêt, rarement interrompue par des prairies-clairières, des hameaux et quelques bourgs plus importants, reste dominante, parfois envahissante. Des vues sur la ville de Tarare à l’arrière plan, des repères en hauteur comme les antennes de télécommunication sur les monts, créent des points d’appel visuels.

Blottie dans les vallées de la Turdine et du Taret, auxquelles elle doit sa renommée et son développement grâce à son passé industriel textile, la ville de Tarare constitue le principal bassin de vie, les influences de Lyon (45 kms) et de Villefranche-sur-Saône (25 kms) étant plus diffuse.

Le long de la Turdine, qui prend sa source vers Joux, une route assez passante et de petites industries rompent la tranquillité des lieux.

Les amateurs de randonnée s’échappent vers les hauteurs, sur les GR7 et GR76, profitant des vues lointaines sur les paysages rhodaniens et roannais.


Pour enrichir l’observatoire, envoyez votre commentaire sur cette unité paysagère.

Unité précédente - 045-R-L - Unité suivante
© Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer